lien fb

Des bénévoles pour aider Tom, autiste.

En France, les parents d'enfants autistes doivent faire appel à leur des bénévoles ( ou régler eux même la facture) pour faire avancer leurs enfants.

Quelle que soit la méthode choisie, la plus adaptée à l'enfant, ils devraient pouvoir en bénéficier gratuitement.

Mais ce n'est pas le cas. Les institutions ne proposent pas ces méthodes. Où est le libre choix du patient ? Que font les services publics ?

 

Tom, 5 ans, enfant autiste qui réside à Aibre, dans le Doubs, est stimulé chaque jour par des bénévoles avec la méthode des 3i, pour « intensif, individuel et interactif ». Le petit garçon progresse, mais ses parents continuent d’étoffer leur équipe.

 

 

Une fois tous les quinze jours, Corinne Schuft, vice-présidente de l’association des bénévoles de General Electric à Belfort, parcourt 40 km aller-retour pour se rendre à Aibre, dans le Doubs, rendre visite à Tom. Comme elle, soixante bénévoles de toute l’Aire urbaine, hommes et femmes de tous âges -la plus jeune a 16 ans-, jouent avec le petit garçon âgé de 5 ans pendant une heure et demie dans une salle spécialement aménagée selon les préceptes de la méthode des 3i, développée par l’association Autisme espoir vers l’école.

Cette chaîne humaine, c’est époustouflant, c’est magnifique, c’est magique

« Trois I pour intensif, individuel et interactif » , précise Christelle, la maman de Tom qui a décelé très tôt des problèmes de comportement chez son petit garçon. « À deux ans, il ne parlait pas. Il pouvait rester plusieurs heures sur le même jeu et avait le regard fuyant. Tout était source de crise : prendre le bain, monter en voiture. »

Il faudra près de deux ans et plusieurs passages par le centre d’action médico-social précoce et le Discus à Montbéliard pour que le diagnostic d’autisme soit posé, début 2012 au Centre ressource autisme (CRA) à Besançon. Christelle n’a toutefois pas attendu l’avis des médecins pour commencer la méthode des 3i, en septembre 2011. « À l’époque, on m’a dit que c’était criminel de diagnostiquer un enfant de 18 mois autiste alors qu’il pouvait encore évoluer. Qu’il fallait que j’attende ses 6 ans. Mais moi, je voyais bien que quelque chose n’allait pas et je n’avais pas envie d’attendre. »

Sans le savoir, la maman devance la Haute autorité de santé qui, en mars 2012, rend un rapport préconisant un diagnostic et une prise en charge précoce, de préférence avant 4 ans.

Christelle et son mari, Frédéric, font aménager une salle de jeux à leur domicile. Ils passent des petites annonces dans les commerces et boulangeries pour trouver des bénévoles qui puissent s’amuser avec Tom pendant une heure et demie tous les quinze jours avec des jeux adaptés.

Une soixantaine de personnes répondent à l’appel, ce qui permet à l’enfant d’être stimulé six heures par jour, de 9 h à 12 h et de 15 h à 18 h, sept jours sur sept.

Les premiers mois, les progrès de Tom ont été « pharaoniques » , explique sa maman : « Il y a eu une nette amélioration au niveau du regard et du vocabulaire. Tom a commencé à laisser transparaître ses émotions. Alors qu’il longeait les murs, qu’il restait seul dans son coin, il a pris conscience des autres. Aujourd’hui, il reconnaît sa petite sœur, lui fait des bisous, la chahute » , explique Christelle.

Les séances sont filmées et visionnées par la psychologue, Pascale Montavon, qui suit Tom depuis le début de la méthode. Comme les autres bénévoles, elle joue avec lui une heure et demie tous les quinze jours et organise des réunions mensuelles pour faire le point.

Un retour à l’école est envisagé en janvier 2014

« Tom en est aujourd’hui à la phase 2 de la méthode. Il fait des sorties avec les bénévoles. Un début de scolarisation à domicile est prévu en septembre et un retour à l’école est envisagé en janvier 2014 » , se félicite la psychologue, qui souligne l’importance du diagnostic précoce. « Ça avance bien pour Tom car il a été pris au bon moment. »

En France, 200 enfants suivent la méthode des 3i dont treize en Franche-Comté. « Cette chaîne humaine, c’est époustouflant, c’est magnifique, c’est magique » , salue Christelle, à court de mots pour exprimer toute sa reconnaissance.

SE RENSEIGNER Pour devenir bénévole, s’adresser à Christelle la maman de Tom par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

--> Source :  Le Pays.fr  <--

Vous n'avez pas le droit de poster des commentaires